(Publicité)
 


03/06/2019

Rémunération des IPA libérales : les négos démarrent

Quel sera le modèle économique des infirmières de pratique avancée (IPA) qui choisiront d’exercer en libéral ? C’est la question à laquelle doivent répondre l’Assurance maladie et les syndicats représentatifs des Idel au cours de négociations qui s’ouvrent aujourd’hui.

A l’automne prochain, parmi les IPA qui sortiront des masters fraîchement créés, certaines choisiront l’exercice libéral. Leurs nouvelles compétences doivent être rémunérées à leur juste valeur, et c’est tout l’enjeu des négociations qui s’ouvrent aujourd’hui entre les trois syndicats représentatifs des Idel (1) et la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam).

« En termes macroéconomiques, nous parlons de sommes assez modestes », reconnaît Delphine Champetier, directrice de l’offre de soins à la Cnam. Celle-ci souligne en effet que les promotions d’IPA qui achèveront leur cursus cette année comptent seulement 21 Idel. « Les enjeux sont en revanche importants en ce qui concerne la manière dont on organise les soins, et la manière dont les IPA s’intègrent dans les équipes », ajoute-t-elle.

Les syndicats dans l’expectative

Quelle enveloppe sera consacrée aux IPA, seront-elles rémunérées à l’acte ou au forfait ? « Pour l’instant, je ne peux rien confirmer, nous réservons la primeur de nos propositions aux syndicats », s’excuse Delphine Champetier. Et à la veille de l’ouverture des négos, ces derniers n’avaient que peu d’informations. « Rien ne nous a été communiqué à ce stade », affirme Catherine Kirnidis, présidente du Sniil.

Cette dernière dit être dans l’expectative. « Je ne suis ni pessimiste, ni optimiste, j’attends de voir », déclare-t-elle. La responsable syndicale insiste tout de même sur deux points de vigilance : « que ce qui sera négocié ne vienne pas se substituer à ce que font déjà les Idel  d’une part, et que les IPA aient « un vrai statut de libérale, pas un statut qui serait un lien de subordination » avec les maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP) ou communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) au sein desquelles elles exerceront.

Terminer dans les délais

Reste la question du calendrier. Pour l’instant, après la réunion d’aujourd’hui, une autre séance de négociation est prévue le 18 juin. Sera-ce la dernière ? « Après les deux ans de négociations que nous avons vécus avec les Idel, au cours desquels nous avons plusieurs fois cru que nous allions signer, ce serait présomptueux de ma part de l’affirmer », sourit Delphine Champetier, qui indique toutefois la nécessité d’avoir « une solution qui fonctionne à l’automne prochain ».

Et la responsable de la Cnam d’affirmer qu’il y aura « autant de séances que nécessaire pour terminer dans les délais ». Espérons que nous ne sommes pas à la veille d’un nouveau feuilleton conventionnel à rebondissements.

Adrien Renaud

1- Convergence infirmière (CI), la Fédération nationale des infirmiers (FNI) et le Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (Sniil).

Les dernières réactions

  • 05/06/2019 à 18:36
    P.
    alerter
    Ah, ah... je vois ça de l'extérieur mais j'ai un certaine expérience des négociations (celles qui sont conventionnelles empruntent d'ailleurs aux mêmes codes, postures et pratiques que n'importe quelle négociation sociale notamment pour les salariés). Il y aura un premier round au cours duquel l'assurance maladie fera des propositions jugées inacceptables à chaud par l'ensemble de ses partenaires. Avec réactions d'autant plus vives que rien n'aura filtré avant (c'est fait exprès). La douche froide ! De là, l'assurance maladie va écouter les récriminations, repérer les contradictions, juger de qui signera peut-être ou pas quelque chose le moment venu et qui est trop loin du truc et se met donc hors jeu. Au deuxième round, les propositions de l'assurance maladie auront été tempérées. Et ce sera, signez-là ou vous n'aurez rien. Paiement à l'acte ou au forfait, la seule question qui se pose à l'assurance maladie c'est combien ça coûte à la fin du mois (en rapport éventuellement avec les économies ailleurs) et accessoirement combien veulent gagner ces infirmier(e)s de pratique avancée ? Il est certain qu'il faut garder un écart avec les médecins sinon il y aurait des problèmes conventionnels de ce côté là très rapidement. Voilà, voilà... Bon courage. Et comme je dis souvent : on a les syndicats qu'on mérite (et ce n'est pas une critique envers les syndicats mais bien la profession, autant celle-là que les autres). Des libéraux qui font du syndicalisme, j'adore.

Réagir à l'actualité

Pseudo :


 

Catalogues des Éditions Lamarre

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie


Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...