(Publicité)
 


04/02/2019

Cancer : quel taux de survie dans la période suivant le diagnostic ?

Santé publique France a évalué, en oncologie, la survie conditionnelle des patients en fonction du temps écoulé depuis le diagnostic.

Cette étude, qui s’est basée sur les tumeurs solides les plus fréquentes (15 chez les fem­mes et 17 chez les hommes), repose sur les données collectées par les registres du réseau Francim pour la période 1989-2013 (1). La survie nette conditionnelle est un indicateur dynamique et complémentaire de la survie nette, qui apporte un éclairage différent sur la survie des patients en appréciant l’évolution de leur probabilité nette de décès par cancer en fonction du temps écoulé depuis le diagnostic.

Le travail montre qu’actuellement, la survie nette à cinq ou dix ans est largement conditionnée par le risque initial, c’est-à dire le risque de décès dans la période qui suit immédiatement le diagnostic. Ce­pendant, pour la moitié des cancers étudiés chez les hommes, un patient toujours vivant quatre ans après le diagnostic a toujours une probabilité supérieure à 10 % de décéder dans l’année. Chez les femmes, notamment chez les plus jeunes, la situation semble plus favorable. Le risque de décéder durant la cinquième année ne reste supérieur à 10 % que pour une faible proportion des cancers étudiés. Outre les cancers connus pour leur très mauvais pronostic (2), on retrouve dans ce cas les cancers dont le facteur étiologique principal est l’alcool ou le tabac (3) et le cancer de l’ovaire.

Ce travail montre donc que la survie cumulée est largement liée à des périodes critiques durant lesquelles la probabilité de décès est élevée, et qu’en dehors de ces périodes, elle revient à des valeurs plus basses. Ces périodes critiques se situent généralement au début de la maladie car c’est très souvent immédiatement après le diagnostic que le risque est le plus élevé. Cependant, notamment chez les plus jeunes, on observe pour plusieurs cancers (4), que le risque de décès le plus élevé ne se situe pas immédiatement après le diagnostic mais on le voit augmenter autour de la première, voire de la deuxième année pour diminuer ensuite. Des données très importantes, selon les auteurs, pour le patient et le clinicien car elles fournissent un pronostic « actualisé » basé sur une information à la fois simple et évidente : le fait d’être toujours en vie n-années après le diagnostic.

Laure Martin

1- Les données concernent les personnes dont la seule cause éventuelle de décès est le cancer.
2- Pancréas, foie, système nerveux central.
3- Œsophage, poumon, localisations ORL sauf larynx.
4- Localisations ORL, mélanome, col utérin, ovaire, sein, système nerveux central.

Les dernières réactions

  • 08/02/2019 à 11:44
    michele42a
    alerter
    j ai un cancer du pancreas je ne suis pas opéré je les depuis aout 2017 j'ai eu de la chimiothérapie et rayon je ne suis pas métastasé .

Réagir à l'actualité

Pseudo :


 



Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN IFSI ET ÉLÈVES AS/AP

Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie


Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...