(Publicité)
 


13/11/2018

Médicaments : les Français font confiance aux infirmières

La polémique du Lévothyrox ou la montée du “mouvement anti-vax” ne semblent pas entraver la confiance que les Français accordent au médicament. C'est du moins ce qu'indique une étude effectuée par l'institut Ipsos à la demande des Entreprises du médicament (Leem) et dont les résultats ont été présentés ce 13 novembre.

« Notre image est fortement contrastée. » C'est le constat que dresse, ce 13 novembre, Philippe Tcheng, patron du Leem (pour « Les entreprises du médicament », le principal lobby de l'industrie pharmaceutique en France), en commentant les résultats d'une étude commandée par son organisation à l'institut Ipsos. Il faut dire que certains chiffres du sondage ont de quoi étonner : alors que 77 % des personnes interrogées déclarent avoir confiance dans le médicament, elles ne sont que 49 % à dire faire confiance aux entreprises qui les produisent.

L'enquête, effectuée entre fin août et début septembre auprès d'un échantillon représentatif de 1 000 personnes, décline le niveau de confiance des Français en fonction des types de médicaments. Ils sont ainsi 84 % à juger positivement les médicaments remboursés, contre 71 % en ce qui concerne les vaccins, 69 % pour l'homéopathie et 66 % ou moins pour les médicaments non remboursés ou sans ordonnance.

Manque d'éthique et de transparence

De même, Ipsos a analysé en détail l'image de l'industrie pharmaceutique, que les personnes interrogées considèrent à 76 % comme un acteur essentiel du secteur de santé, mais qu'elles ne sont que 51 % à juger crédibles. Principaux reproches qui leur sont adressés : 63 % jugent qu'elles ne sont pas attentives aux risques d'effets secondaires, et 64 % estiment qu'elles ne sont pas assez à l'écoute des patients.

Pire, 66 % considèrent que les laboratoires pharmaceutiques ne sont pas éthiques, et 84 % leur reprochent un manque de transparence. Une crise de légitimité que des scandales tels que celui des Pharma Papers, que nos confrères de Basta ! ont dévoilé ce 13 novembre et qui évalue à 3,5 milliards d'euros les montants versés en six ans aux professionnels de santé français, ne risquent pas de résoudre.

Pour avoir des informations fiables sur le médicament, les Français se détournent donc de l'industrie, et accordent leur confiance aux professionnels de santé. À ce titre, la cote d'amour des infirmières mérite d'être notée : les personnes interrogées jugent à 91 % les IDE capables de les informer sur le sujet. La profession n'est dépassée que par les médecins traitants (92 %), et se situe devant les médecins spécialistes (90 %), les chercheurs (87 %) ou encore les pharmaciens (84 %). Il n'y a pas de petite victoire...

Adrien Renaud

Réagir à l'actualité

Pseudo :


 

Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN IFSI ET ÉLÈVES AS/AP

Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

Qualité, sécurité des soins et recherche infirmière


La démarche qualité a un peu plus de 20 ans. Nombre de professionnels de santé y ont maintenant participé. Pour autant, les liens entre les travaux de recherche, l'élaboration des recommandations professionnelles, leur utilisation, particulièrement dans le cadre de l'évaluation des pratiques reste encore trop floue pour la majorité d'entre eux

En savoir +

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...