(Publicité)
 


04/09/2018

Médicament : il faut mieux communiquer !

Remis le 3 septembre, dans les locaux de l’ANSM, le rapport sur l’amélioration de l’information des usagers et des professionnels de santé sur le médicament a relevé divers manquements de la part des pouvoirs publics avant de formuler des préconisations. Une présentation suivie par l’annonce d’une série de mesures de la ministre de la Santé.

Peut mieux faire. La mission sur l’information sur le médicament – conduite par Gérald Kierzek, urgentiste et chroniqueur, et Magali Léo, responsable du plaidoyer de l’association de patients Renaloo – a jugé que la crise du Lévothyrox a « révélé de manière particulièrement aiguë les dysfonctionnements possibles en matière d’information et de communication ». Ils déplorent notamment l’absence d’anticipation et d’accompagnement des pouvoirs publics, la non-réaction face aux « nombreux signaux pourtant facilement capturables sur la toile », la forme du message qui a « prêté à confusion » ainsi que la communication de crise « artisanale et insuffisamment coordonnée » entre l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et le ministère de la Santé. Un diagnostic suivi d’une série de préconisations qui gardent l’ANSM au centre du jeu en en faisant « l’autorité de santé responsable de la communication sur le médicament ».

Entre annonce…

Une approche approuvée par la ministre de la Santé qui a immédiatement annoncé une série de mesures reprenant un certain nombre de propositions formulées par la mission. La première : mise en place d’une « source unique d’information publique sur le médicament » en s’appuyant sur le site Santé.fr et la base de données publique des médicaments. Agnès Buzyn souhaite également une meilleure coordination entre les prescripteurs et les pharmaciens à travers le dossier médical partagé (DMP) dont la généralisation devrait être annoncée en octobre.

En cas d’alerte sur un médicament, l’ANSM communiquera désormais en direction des professionnels de santé en son seul nom et non plus avec un courrier commun à l’industriel. Elle utilisera en particulier la messagerie DGS-urgent à laquelle seront intégrés l’ensemble des 564 000 professionnels de santé disposant d’un Ordre. La communication directe des laboratoires vers les patients a, quant elle, été clairement écartée.

… et regrets

La ministre a également regretté le faible taux de déclaration d’événements indésirables liés aux médicaments par les professionnels de santé tout en reconnaissant que le dispositif actuel est « fastidieux et chronophage ». Des leviers d’incitation sont actuellement à l’étude. Dans le même temps, elle a également admis que les autorités sanitaires sont encore très timorées à invertir les réseaux sociaux et se contentent trop souvent d’une communication « descendante ».

Elle a également indiqué vouloir étendre la prévention des liens d’intérêt, en particulier aux leaders d’opinion sur le web, et rendre effective la participation des associations de patients au sein du Comité économique des produits de santé (CEPS), l’instance chargée de négocier les prix des médicaments avec les industriels.

Véronique Hunsinger

Les dernières réactions

  • 07/09/2018 à 09:41
    charlie 17
    alerter
    Dans cette terrible histoire, je ne comprends pas pourquoi les pharmaciens n'ont pas joué leur rôle d'information? ils sont prés des patients, ils sont rémunérés pour les alerter sur les effets indésirables, les changements de dosage. le patient doit être informé et guidé pour le bon usage des médicaments.
    Le problème est identique avec le paracétamol: lorsque je vois des personnes quitter l'officine avec 4boites de Doliprane je m'inquiète.




Réagir à l'actualité

Pseudo :


Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN IFSI ET ÉLÈVES AS/AP

Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

Précis de soins relationnels


Entièrement consacré aux soins relationnels, cet ouvrage s’adresse aussi bien aux étudiants en soins infirmiers qu’à tous les professionnels qui cherchent un socle pour éclairer leur pratique quotidienne de la relation soignant-soigné.

En savoir +

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...