(Publicité)
 


06/06/2018

Pratique avancée : le Sidiief compare les expériences

À l’occasion de son congrès annuel, du 3 au 6 juin à Bordeaux, le Secrétariat international des infirmiers et infirmières francophones a tenté d’amorcer une définition plus précise du dispositif et de considérer son développement dans la Francophonie.

Infirmière de pratique avancée ? Diane Morin, infirmière, professeur émérite de la Faculté des sciences infirmières de l’université de Laval (Québec) et consultante experte au Sidiief, tente de trouver un consensus autour de la définition car, selon les pays de la Francophonie, plusieurs termes sont utilisés pour parler de la même fonction : infirmière clinicienne, clinicienne spécialisée, consultante… Premier constat donc : une mise en commun doit rapidement être organisée. Mais quelque soit le mot choisi, l’IPA devra porter au minimum six compétences : la pratique clinique directe experte ; la consultation, la guidance et le coaching ; le leadership clinique, professionnel et systémique ; la pratique basée sur des preuves issues de la recherche et sur des conceptions infirmières ; la collaboration, notamment interprofessionnelle, et enfin, la prise de décision éthiquement éclairée.

Pour Diane Morin, l’IPA ne peut s’envisager que dans un système où les soins de base sont déjà bien pris en charge… Et rappelle que les effets bénéfiques des interventions en pratique avancée, qu’ils soient génériques ou spécifiques, commencent à être bien décrits et évalués (1). Il est donc urgent de les faire connaître pour que cette pratique se développe au point de renverser les conservatismes et tous les facteurs contraignant son développement. Cependant, estime-t-elle, l’absence de solution et de chemin tout tracé, loin d’être un frein, doit être précisément la norme pour les futures IPA qui devront être des leaders capables de transformer la réalité et de trouver des réponses aux problèmes complexes qui se présentent.

L’universitarisation toujours à la traîne

Lors de la table ronde animée par Gyslaine Desrosiers, présidente du Sidiief, des représentants infirmiers ont fait le point sur le développement de l’IPA au sein de la Francophonie. Si le concept commence à se développer en Suisse, en Belgique, au Bénin, au Canada et en France, son déploiement reste encore balbutiant, notamment parce que l’universitarisation est encore en cours. Exception notable pour le Bénin où la pratique avancée est en bonne voie, car les masters de sciences infirmières existent depuis 2015, a confié son représentant, André Otti, administrateur et gestionnaire de service, programme et projets de santé pour l’Institut national médicosanitaire.

Si pour l’heure, en France, le décret devrait paraître fin juin, la reconnaissance qui sera liée à ce statut, elle, est encore à négocier.

Olivier Blanchard

1. Ingersoll et al., 2000 ; Kleinpell, 2013 ; Hamric et al, 2014

Les dernières réactions

  • 13/06/2018 à 21:41
    annick005
    alerter
    En France il existe déjà des infirmières cliniciennes leur formation est reconnues car prise en charge par le FIF PL La formation est complète et certifiée par un mémoire elles sont formées à l’éducation thérapeutique à la consultation il est important d’utiliser et de reconnaître leurs compétences en attendant que les Masters se mettent en place, afin que la médecine de ville soit plus efficace dans les prises en charges et que les médecins et urgences soit moins saturés
    Il est urgent d’amorcer un changement d’organisation des soins en ville. Les infirmières assurent la continuité des soins 7jours sur 7 et douzes heures par jour elles sont capables d’agir seules le week end ou quand il n’y a pas de médecin elles sont présentes sur l’ensemble du territoire .
    si elles avaient plus d’autonomie dans les prescriptions il y aurait moins de manque de médecins et moins de monde aux urgences plus de prévention et d’éducation de plus elles se déplacent à domicile et ont un e vision globales des problématiques .
  • 08/08/2018 à 00:14
    Franck
    alerter
    J'ai beaucoup aimé la fin en effet on ne met pas suffisamment en avant le rôle des infirmières libérales en médecine de ville ,un rôle économique ,un rôle Médical plus important qu'on ne le croit et qui très souvent empêchent des hospitalisations dû à l'absence de réaction des médecins de Ville
    Il est évident qu'une infirmière libérale après 10 ans de pratique en libéral est naturellement une IPA confirmée nul besoin d' examen complémentaire ou ou autre Certification

Réagir à l'actualité

Pseudo :


 

Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN IFSI ET ÉLÈVES AS/AP

Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

Qualité, sécurité des soins et recherche infirmière


La démarche qualité a un peu plus de 20 ans. Nombre de professionnels de santé y ont maintenant participé. Pour autant, les liens entre les travaux de recherche, l'élaboration des recommandations professionnelles, leur utilisation, particulièrement dans le cadre de l'évaluation des pratiques reste encore trop floue pour la majorité d'entre eux

En savoir +

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...