(Publicité)
 


30/05/2018

Pratique avancée : cinq questions que vous vous posiez encore…

Il n’avait pas encore autant détaillé le sujet jusqu’ici. Lors de la Paris HealthCare week, le ministère a dévoilé ses intentions sur la pratique avancée infirmière, la qualifiant de « révolution ». Nous avons posé vos questions, voici ses réponses.

Cette future pratique peut-elle encore être dite avancée, vu la tutelle laissée aux médecins ?

Les syndicats et organisations d’infirmiers s’en sont plaints : les derniers textes concernant la pratique avancée infirmière, actuellement au Conseil d’État, et attendus d’ici fin juin sous forme de décret, donnent plus de pouvoir au corps médical que les précédentes versions. « Cela ne me scandalise pas que la conduite diagnostique et les choix thérapeutiques soient confiés au médecin, rétorque Michel Varroud-Vial, conseiller médical à la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) pour les professionnels de santé de ville. Le médecin est la première ligne d’entrée dans le système de santé. Mais une fois la pathologie stabilisée, il pourra confier la totalité de la prise en charge à l’infirmière de pratique avancée. » L’IPA pourra ainsi réajuster ou renouveler des traitements et commander des examens complémentaires des patients chroniques. Elle en sera pleinement responsable. Comme elle sera responsable, si la situation du malade se complique, d’en référer au médecin. Cécile Courrèges, à la tête de la DGOS, ose le mot : la pratique avancée est « une révolution ». Même si « nous n’en sommes qu’au début de l’histoire… »

La pratique avancée, ce sera payé, au moins ?

La DGOS indique clairement qu’elle travaille sur cet aspect. En libéral, des négociations conventionnelles devraient s’ouvrir spécifiquement sur ce sujet avec l’Assurance maladie, pour une rémunération probablement au forfait (par patient) et non par acte, et avec une deadline : l’arrivée des premières IPA diplômées en 2019. Pour celles exerçant à l’hôpital, la Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) devrait se saisir du dossier en vue d’une « juste revalorisation de l’exercice », indique Cécile Courrèges. En revanche, aucun montant n’est précisé.

Toutes les infirmières pourront-elles vraiment devenir IPA ?*


Oui, à condition d’avoir exercé pendant trois ans au moins et d’avoir mené à bien les quatre semestres d’un master en pratique avancée. Dès septembre prochain, une dizaine d’universités mettront en place trois formations dédiées, dont nécessairement un cursus sur la prévention et les polypathologies courantes en soins primaires. Quant aux infirmières déjà titulaires d’un master, des passerelles leur sont proposées pour une validation « partielle » de leur diplôme afin d’exercer en pratique avancée. Enfin, les infirmières diplômées avant la réforme LMD pourront aussi accéder à la pratique avancée. En ville, le dispositif sera ouvert à toute infirmière libérale exerçant en équipe de soins primaires, que ce soit dans une structure ou non. La DGOS se dit « attentive » au fait que les Idel puissent être formées et indemnisées le temps de cette formation. À l’avenir, au-delà des IDE, la DGOS envisage d’étendre la pratique avancée à d’autres professions – sans dire encore lesquelles.

Peut-on exercer seul ?

Clairement non : « pratique avancée ne veut pas dire pratique isolée », indique Michel Varroud-Vial. Pour la DGOS, la pratique avancée de l’infirmière se fait en équipe, coordonnée par le médecin, et par parcours de soins, plutôt que par actes. La pratique avancée se basera sur un protocole « qui définit la manière de travailler en commun, au niveau de l’équipe », complète Cécile Courrèges. Cette dimension pluriprofessionnelle, mise en avant par la DGOS, explique aussi le numéro d’équilibriste du ministère pour prendre en compte, ces derniers mois, la sensibilité de chaque profession. Pendant l’élaboration du texte, « toutes les peurs et tous les fantasmes se sont exprimés, commente même la responsable de la DGOS. Parce qu’on touche aux exercices des uns et des autres. »

Pourquoi la psychiatrie ne fait-elle plus partie des domaines annoncés de l’IPA ?

« Par défaut de consensus entre les acteurs à ce stade de la discussion », admet Cécile Courrèges. La DGOS a voulu jouer la montre, afin de mettre en place les premières formations d’IPA en septembre, quitte à renoncer – du moins pour cette année – à un exercice infirmier en santé mentale. Cette spécificité apparaissait pourtant dans les précédentes versions du décret.

Mathieu Hautemulle & Karen Ramsay

Les dernières réactions

  • 01/06/2018 à 14:00
    Alice
    alerter
    Bonjour,

    Je m'informe régulièrement sur ce master.
    J'ai appelé différentes facultés pour savoir si une rentrée était prévue pour septembre 2018, ils n'en avaient jamais entendu parlé.
    Dans votre texte il est question de l'ouverture de master dans 10 facultés.
    Pouvez-vous me dire lesquelles?

    Cordialement,
    Alice
  • 04/06/2018 à 10:20
    La Rédaction, Autre
    alerter
    Bonjour,
    Nous venons de poser la question au ministère, et vous tenons informés !
  • 04/06/2018 à 11:33
    Alice
    alerter
    Merci à vous.
    Bonne journée
  • 04/06/2018 à 11:46
    La Rédaction, Autre
    alerter
    Alice, le ministère nous indique que "le sujet de l’accréditation des universités est du ressort du ministère de l’Enseignement supérieur" et que "la liste des universités accréditées sera connue début juillet". Cette liste sera disponible sur leur site internet, ont-ils précisé.

  • 04/06/2018 à 13:01
    Alice
    alerter
    Merci je regarderais régulièrement.
    J'ai lu dans un article que l'on devait avoir un DU pour pouvoir s'inscrire à ce master. Mais ce n'est pas spécifié dans le votre.
    Qu'en pensez-vous?
    Je suis infirmière depuis 15 ans, dont 10 en libéral.
  • 06/06/2018 à 18:33
    ELESTRENN
    alerter
    Infirmière en Santé Mentale, intervenant auprès des patients (accueil, évaluatuion, orientation) sur la structure de soins, à domicile, sur les domiciles de substitution, engagée au sein d'un CLSM, connaissant l'importance de la qualité des soins et des coopérations au bénéfice des patients et de leurs proches dans cette discipline je m'interroge sur ce nouveau black listing de notre discipline.
    Expliquez moi ce manque de consensus!!!
  • 07/06/2018 à 00:19
    Laetitia
    alerter
    Bonjour si je comprends les IDEL ne peuvent être IPA que si elles travaillent dans une maison de santé? Existe t il des IPA en plaie et cicatrisation?
    Merci
    Laetitia
  • 07/06/2018 à 01:09
    L’ancien
    alerter
    Pour répondre à une des questions:
    Non il n’y a pas d’obligation d’avoir un DU pour s’inscrire en Master IPA.
    Maintenant, comme pour les passerelles pour entrer en médecine, l’inscription ne veut pas dire que les IDE seront prisent par les universités car votre admission est soumise à un entretien avec un jury de l’université qui décidera de votre entrée ou non.
    Il est évident que certains DU seront des éléments qui peuvent être déterminant et pris en compte dans votre dossier pour être admis.
  • 05/09/2018 à 14:51
    Ct
    alerter
    Bonjour
    J'exerce Actuellement comme ide libérale , diplômée d’un master 2 en sciences humaines et sociales ( mention éducation et formation) université Aix Marseille 1, je voudrais savoir s’il existe des « passerelles » pour devenir ide en pratiques avancées mais je ne sais auprès de qui me renseigner
  • 05/09/2018 à 16:16
    L’ancien
    alerter
    Vous avez plusieurs solutions:
    - vous inscrire à l’université pour suivre l’ensemble De la formation sachant que votre Master est un bon atout pour être accepté.
    - déposer un dossier de VAE pour connaître les UE qui vous manques sachant encore une fois que c’est l’université qui décide.

    Votre Master est très loin du programme qui a été retenu et les commissions de VAE ne sont pas encore créé.
    Il serait plus sûr de passer par la première solution

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN IFSI ET ÉLÈVES AS/AP

Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

Précis de soins relationnels


Entièrement consacré aux soins relationnels, cet ouvrage s’adresse aussi bien aux étudiants en soins infirmiers qu’à tous les professionnels qui cherchent un socle pour éclairer leur pratique quotidienne de la relation soignant-soigné.

En savoir +

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...