(Publicité)
 


08/02/2018

Vaccination antigrippale : la Cour des comptes préconise l’obligation pour les soignants

Dans son rapport annuel diffusé le 7 févier, la Cour des comptes se prononce en faveur d’une vaccination antigrippale obligatoire pour les professionnels de santé. Une mesure approuvée, avec quelques réserves, par les représentants infirmiers.

« Couvertures vaccinales parfois lacunaires » en raison de la baisse de confiance de la société civile et des professionnels de santé à l’égard des vaccins. C’est ce que relève la Cour des comptes dans ses recommandations à l’attention de l’État, formulées dans son rapport annuel public diffusé le 7 février. Ce qui se traduit par une insuffisance dans la couverture vaccinale contre la grippe saisonnière. D’ailleurs, une enquête réalisée auprès de 3000 professionnels de santé début 2017 indiquait que seuls 46% d’entre eux se sont fait vacciner contre la grippe lors de l'hiver 2016-2017. Dans ce contexte, la Cour des comptes recommande à l'État de « revenir sur la suspension de l'obligation de vaccination contre la grippe des professionnels de santé » datant de 2006.

Une recommandation à laquelle l’Ordre national des infirmiers (ONI) est favorable. « C’est nécessaire si nous voulons augmenter le taux de vaccination et être crédibles », soutient Catherine Jochmans, sa secrétaire générale, avant d’ajouter : « Néanmoins, l’ONI émet une réserve sur cette notion “d’obligation“. Dans un premier temps, nous voudrions qu’il n’y ait pas de mesure coercitive et que les professionnels de santé soient avant tout responsables. Nous avons un devoir de vaccination car nous pouvons difficilement demander à nos patients de se vacciner si nous ne le sommes pas. »

Faciliter la vaccination des soignants

Pour Catherine Kirnidis, présidente du Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (Sniil), la préconisation de la Cour des comptes est « prévisible puisque les infirmières libérales sont quotidiennement aux côtés des personnes fragiles ». Elle soutient d’ailleurs cette obligation : « Nous devons nous vacciner pour nous protéger car nous devons assurer la continuité des soins. C’est également nécessaire pour éviter la propagation des maladies. » Mais si cette préconisation est, selon elle, « louable » et « honorable », encore faut-il que la vaccination soit facilement accessible aux Idel. « Aujourd’hui, nous avons un bon de vaccination de l’Assurance maladie, mais nous n’avons pas accès directement aux vaccins chez le pharmacien. Nous sommes obligées d’aller voir le médecin pour qu’il nous remplisse le bon. Nous n’avons pas le temps ! C’est bien beau de préconiser mais il faut aussi faciliter. »

Les gestes « barrière »

Du côté du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI-CFE-CGC), le soutien à la vaccination est évident. « Nous sommes favorables à la vaccination, cette préconisation ne nous pose aucun problème », fait savoir Thierry Amouroux, son président. Mais pour le syndicat, laisser entendre que les professionnels de santé contaminent les patients, n’a aucune base scientifique. « Nous ne contaminons pas en tant qu’infirmier, car nous avons des gestes barrière, rappelle-t-il. Nous nous lavons les mains, portons un masque, des gants… »

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, citée dans le rapport, souhaite néanmoins pour le moment privilégier « la conviction et faire appel à la déontologie de ces professionnels en vue d'une conduite exemplaire plutôt qu'à la contrainte ».

Autre élément important du rapport : la Cour des comptes encourage une extension de la pratique vaccinale aux infirmiers, ce qui réjouit les syndicats.

Laure Martin

Les dernières réactions

  • 09/02/2018 à 11:37
    solange granier
    alerter
    Des représentants infirmiers qui ne représentent qu’eux mêmes. Et qui continuent de cumuler les postes !
  • 09/02/2018 à 12:15
    blaise
    alerter
    C'est vrai que certains ne risquent pas de contaminer des personnes soignées ou hébergées, sauf, tout au plus quelques journalistes passant auprès.
  • 11/02/2018 à 18:23
    doriane
    alerter
    Une obligation est une entrave à nos liberté. Ne pas etre vaciné ne nous empeche pas de conseiller nos patients et si l'on pense que nous pouvons etre contagieux, il va falloir trouver des vaccins contre toutes les pathologies transmissibles (gastro entér

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN IFSI ET ÉLÈVES AS/AP

Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

Précis de soins relationnels


Entièrement consacré aux soins relationnels, cet ouvrage s’adresse aussi bien aux étudiants en soins infirmiers qu’à tous les professionnels qui cherchent un socle pour éclairer leur pratique quotidienne de la relation soignant-soigné.

En savoir +

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...