(Publicité)
 


15/01/2018

Vaccination : des YouTubeurs appelés au renfort

En marge de l’entrée en vigueur de l’extension de l’obligation vaccinale le 1er janvier 2018, Julien Ménielle, ex-infirmier devenu YouTubeur, a produit une vidéo en partenariat avec le ministère des Solidarités et de la Santé. Objectif : déconstruire les « fausses infos » qui circulent sur les vaccins.

Puisque la défiance à l’égard des vaccins prospère sur Internet, c’est sur Internet qu’il faut la combattre. Tel a été le raisonnement du ministère des Solidarités et de la Santé en sollicitant trois YouTubeurs pour expliquer sur la toile sa réforme du calendrier vaccinal (passage de trois à onze vaccins obligatoires pour les enfants de moins de deux ans). Julien Ménielle en fait partie. Cet ancien infirmier, qui est passé par les services de réanimation, le Smur et le libéral, a créé, en 2016, sa chaîne YouTube baptisée Dans Ton Corps.

« La vaccination était un sujet que je comptais traiter, et qu’on me réclamait d’ailleurs pas mal dans les commentaires, raconte-t-il. Donc quand le ministère m’a sollicité, je n’avais aucune raison de dire non. » Résultat : une vidéo de neuf minutes où l’ancien soignant attaque, l’un après l’autre, les principaux éléments des anti-vaccins : non, la vaccination n’est pas qu’une affaire de choix individuel ; non les maladies concernées ne sont pas bénignes ; non, le nombre d’injections que doivent subir les nourrissons n’est pas trop important…

Carte blanche

Quand on l’interroge sur les coulisses du partenariat, Julien Ménielle assure qu’on lui a laissé une liberté totale dans le format, le ton et le traitement du thème de la vaccination. « Bien sûr, l’idée n’était pas de faire une vidéo antivax, s’amuse-t-il. Je leur ai montré le script, ils n’ont rien changé. Pas une seule virgule ! » C’était d’ailleurs un partenariat gagnant-gagnant. D’un côté, Julien Ménielle a apporté ses 436 000 abonnés à un ministère dont la présence sur les réseaux sociaux est plutôt limitée (chaîne YouTube inexistante, 124 000 abonnés sur Twitter et 55 000 sur Facebook). Et en retour ? « C’est payé », révèle le vidéaste, qui ne cache d’ailleurs pas la difficulté à atteindre l’équilibre financier pour une chaîne YouTube, même quand elle est suivie par plus de 400 000 personnes. 

Des coups à prendre

Côté production, si la vidéo n’a pas particulièrement difficile à réaliser - entre un et deux jours de travail pour l’écriture -, elle lui a valu pas mal de critiques venant d’internautes opposés à l’extension de l’obligation vaccinale. « Avec cette vidéo, j’ai perdu 1 000 abonnés », note-t-il. Soit un peu plus de 0,2 % de son audience totale. « C’était probablement des antivax. Quand tu t’engages sur un sujet aussi polémique, tu sais que tu vas cliver. Mais c’est un risque que je suis prêt à prendre en termes d’image ».

Adrien Renaud

Sur le même thème

Les dernières réactions

  • 18/01/2018 à 08:52
    Nanette48
    alerter
    Bonjour,
    J'ai adoré cette vidéo... elle est pertinente et tout est dit en moins de 10 minutes. Un grand bravo !
    Il faudrait désormais prévoir de réaliser la même, à propos de la vaccination antigrippale en particulier des professionnels de santé.
    Elle

Réagir à l'actualité

Pseudo :


 

Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN IFSI ET ÉLÈVES AS/AP

Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

Qualité, sécurité des soins et recherche infirmière


La démarche qualité a un peu plus de 20 ans. Nombre de professionnels de santé y ont maintenant participé. Pour autant, les liens entre les travaux de recherche, l'élaboration des recommandations professionnelles, leur utilisation, particulièrement dans le cadre de l'évaluation des pratiques reste encore trop floue pour la majorité d'entre eux

En savoir +

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...