(Publicité)
 


21/11/2017

Négos conventionnelles  : c’est fini… mais ce n’est pas la fin !

Les syndicats d’infirmières libérales et l’Assurance maladie ont signé, aujourd’hui 21 novembre, le cinquième avenant à la convention qui régit leurs relations. Mais les négociateurs sont appelés à se revoir très vite.

« Un avenant d’attente ». Voilà comment les trois syndicats d’infirmières libérales jugés représentatifs – la Fédération nationale des infirmiers (FNI), le Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (Sniil) et Convergence infirmière – qualifient, dans un communiqué commun, le texte qu’ils ont signé, ce 21 novembre, avec l’Assurance maladie. Il faut dire que si cet accord ne règle en rien les grandes questions qui se posent aux libérales, il a l’avantage de proposer un calendrier pour y parvenir.

L’essentiel de l’avenant porte sur la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG). En effet, pour l’ensemble de la population française, cette mesure sera contrebalancée par une baisse des cotisations familiales. Impossible pour les Idel installées en zones très sous-dotées : pour elles, c’est l’Assurance maladie qui prend actuellement en charge ces cotisations.

« Au lieu de recevoir une petite prime et d’être exonérées de cotisations familiales, ces infirmières libérales vont recevoir une prime plus importante, et elles paieront un montant de cotisations familiales réduit », explique Catherine Kirnidis, présidente du Sniil. « Il s’agira d’une compensation stricte, à l’euro près », ajoute Philippe Tisserand, président de la Fédération nationale des infirmiers (FNI).

Un calendrier précis

Mais le plus important, pour les syndicats, c’est que l’avenant signé comporte un calendrier précis pour la suite des discussions. Tout d’abord, un avenant no6 devra régler, avant le 31 mars, la question du dispositif de régulation des installations, et aborder la révision de la nomenclature des actes sur des sujets comme l’observance thérapeutique ou la iatrogénie. Trois mois plus tard, soit le 30 juin 2018, un avenant no7 concernera notamment la généralisation du Bilan de soins infirmiers (BSI).

L’Assurance maladie a également concédé aux Idel une revalorisation de 50 centimes des actes effectués le dimanche et les jours fériés, qui sera effective au 1er août 2018. Ce qui représente un montant annuel de 40 millions d’euros, soit environ 460 euros par Idel. « C’est le petit bonus en plus de cet avenant », commente Ghislaine Sicre, présidente de Convergence infirmière. Celle-ci espère toutefois que les revalorisations prévues pour les deux prochains avenants seront plus conséquentes. « Sinon, ça risque de se gâter », menace-t-elle.

Adrien Renaud

Les dernières réactions

  • 23/11/2017 à 12:11
    Cath6734
    alerter
    et voilà, 50 cts de revalorisation pour acheter le silence des infirmières !! à chaque fois nos syndicats nous font le même coup : accepter les miettes que le gouvernement propose pour les faire taire ! et ça marche !!!
    au lieu de demander non pas des

Réagir à l'actualité

Pseudo :


Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN IFSI ET ÉLÈVES AS/AP

Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

Précis de soins relationnels


Entièrement consacré aux soins relationnels, cet ouvrage s’adresse aussi bien aux étudiants en soins infirmiers qu’à tous les professionnels qui cherchent un socle pour éclairer leur pratique quotidienne de la relation soignant-soigné.

En savoir +

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...