(Publicité)

SA FICHE

Âge : 21 ans.
Fumeuse depuis… Quatre ans. Elle a commencé au lycée, puis sa consommation s’est intensifiée pendant ses études en soins infirmiers, à cause du stress, notamment.
Nombre de cigarettes par jour ? «  C’est variable. Quand je suis chez moi, je ne fume pas beaucoup. Mais cela peut aller jusqu’à cinq et plus, si je suis au travail ou en soirée. » Pourquoi vouloir arrêter de fumer ? « Il y a plusieurs raisons. D’abord, j’ai repris le sport et au niveau du souffle, lorsqu’on fume, on perd vite… Et puis, ça a un certain coût. Puis dans notre métier, on voit des personnes qui subissent les effets du tabac, donc si je veux donner l’exemple, il faut que j’arrête. Je souhaite me débarrasser de cette dépendance car parfois, cela relève de l’obsession, j’en rêve la nuit. »
Ressenti après ces trois jours d’arrêt ? « C’est quand même difficile de changer ses habitudes. Et puis j’ai des amis qui fument et qui ne font pas le Mois sans tabac, cela me demande donc un effort supplémentaire. »

SEMAINE 1

Je n’ai pas craqué !
Ma semaine ? Le stress du boulot rend l’arrêt difficile…
Des moments difficiles ? Oui. Avant, quand j’arrivais à l’avance au travail, je prenais une cigarette… maintenant je ne le fais plus. Et au moment de la relève aussi, lorsqu’on fait les transmissions et que je reçois des remarques des collègues, j’allais auparavant fumer une cigarette pour me détendre. J’ai dit à mes collègues que je participais au Mois sans tabac et comme l’un d’entre eux a arrêté un peu avant moi, on se soutient mutuellement. En revanche, j’appréhende de revoir mes amis fumeurs car parfois rien que l’odeur… Mais il faut tenir bon et éviter de compenser avec la nourriture.
Bilan ? Avant, au réveil, j’avais une impression de brûlure dans la gorge, ce qui est vraiment moins le cas aujourd’hui. Et je n’ai plus les maux de tête que j’avais parfois.

SEMAINE 2

Je n’ai pas craqué !
Ma semaine ? Elle a été compliquée. Une semaine riche en émotions fortes... J’ai aussi remarqué que le tabac était vraiment une tendance, que ce soit sur les réseaux sociaux ou encore à la télé. Je fais plus attention à ça qu'auparavant…
Des moments difficiles ? Oui parce que mon père s’est fait opérer du cœur cette semaine et l’attente a été difficile. Mais je me dis que si j’ai réussi à tenir dans cette situation, alors je peux continuer sur ma lancée.
Bilan ? J’ai davantage de souffle. Je suis allée courir et je peux respirer à pleins poumons.

SEMAINE 3

Je n’ai pas craqué !
Ma semaine ?Tout s’est bien passé, je n’ai presque pas pensé à la cigarette. En ce moment, je suis malade (comme l’année dernière à la même époque). Mais l’an dernier, je fumais et je n’arrivais pas à récupérer. Le médecin avait dû me mettre en arrêt. Cette année, comme je ne fume pas, je récupère plus vite. C’est un vrai bénéfice.
Des moments difficiles ? Un peu sur les dernières nuits au travail. La cohésion d’équipe n’était pas très bonne, j’ai aussi rédigé une feuille d’événement indésirable. Avant, lorsque c’était tendu au travail, j’allais prendre l’air et fumer. Là, j’ai tenu bon..
Bilan ?Je n’ai pas observé de changement notable. J’ai peut-être un peu moins de boutons sur la peau.


(Publicité)

Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN IFSI ET ÉLÈVES AS/AP

Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

Précis de soins relationnels


Entièrement consacré aux soins relationnels, cet ouvrage s’adresse aussi bien aux étudiants en soins infirmiers qu’à tous les professionnels qui cherchent un socle pour éclairer leur pratique quotidienne de la relation soignant-soigné.

En savoir +

(Publicité)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...