(Publicité)
 


19/05/2016

Face à la HAD, les Idel défendent leur place

S'ils n’ont pas tous exactement la même approche de l’hospitalisation à domicile, les représentants des infirmières libérales ont néanmoins montré un front uni lorsqu’ils ont été auditionnés, mardi et mercredi, par la Mission d’évaluation des comptes de la Sécurité sociale (MECSS) de l’Assemblée nationale.

Les députés experts des questions santé ont débuté leurs travaux sur la HAD début février et ils se sont déjà rendus sur leur terrain. « La HAD connaît des freins dans son développement alors que les patients ont envie d’être soignés à domicile, ce qui est d’ailleurs plus efficient, a souligné la rapporteure de la mission, Joëlle Huillier, députée socialiste de l’Isère. On a l’impression que les patients sont parfois trop légers pour être pris en charge en HAD et que, dans le même temps, d’autres suivis par des Ssiad (1) sont trop lourds. » 

Captation de clientèle

Un constat qui a permis aux représentants de la profession de faire valoir leur rôle. « La HAD a du sens quand elle se substitue à l’hospitalisation conventionnelle, a rappelé Philippe Tisserand, président de la Fédération nationale des infirmiers. Mais la HAD ne doit pas être la porte de sortie de l’hôpital. »

Une préoccupation rencontrée par de nombreuses infirmières libérales a pu ainsi être mise en lumière : la captation de patientèle. « Il y a des témoignages de patients qui n’ont pas eu d’autre choix pour sortir de l’hôpital que de passer par la case HAD », a raconté Jean-Yves Garnier, trésorier de l’Ordre des infirmiers (ONI).

Ainsi, unanimement, les représentants des Idel ont insisté sur la nécessité de poser les bonnes indications d’une HAD. Ghislaine Sicre, présidente de Convergence infirmière, a présenté les résultats d’un questionnaire adressé aux adhérents du syndicat : 252 infirmières libérales seulement sur 1800 répondantes ont affirmé que la HAD a été nécessaire pour l’un de leur patients en raison de la technicité d’un soin ou du besoin d’un matériel spécifique. « Mais parfois la HAD est utilisée pour faire des pansements pas forcément complexes, du nursing, ou même la préparation de pilulier », a-t-elle donné en exemple.

Pansements complexes

Un quart de l’activité de HAD se rapporte effectivement à des pansements complexes. « Or c’est un champ d’intervention qui relève de la compétence des Idel, a insisté Yann de Kerguenec, directeur juridique de l’ONI. La HAD peut éventuellement être utile pour des pansements complexes si le soin nécessite l’intervention de plusieurs personnes. Mais c’est rarement le cas. »

La question de la coordination infirmière a également été abordée. « Les Idel ont toujours fait de la coordination, même si ce n’est pas toujours visible car ce n’est pas facturé », a indiqué Elisabeth Maylie, présidente de l’Organisation nationale des syndicats d’infirmiers libéraux (Onsil).

Et les Ssiad?

Enfin, les députés se sont également intéressés au partage des rôles avec les Ssiad. « Il arrive très souvent que des patients pourraient très bien être pris en charge par des Ssiad d’un point de vue médical, a répondu Jean-Yves Garnier. Mais ce n’est pas possible sur un plan financier car le coût de la prise en charge dépasse le prix de journée. » 

Le rapport de la MECSS sur la HAD est attendu au début de l’été.

Véronique Hunsinger


1- Ssiad: Service de soins infirmiers à domicile.

Les dernières réactions

  • 22/05/2016 à 04:10
    solange granier
    alerter
    Les syndicats IDEL n’ont pas cru devoir renégocier en ... 2012 la convention nationale de ... 2007 !
    Le protocole HAD de 2008 stipulait la possibilité de renégocier tous les ans avec la FNEHAD ... les syndicats IDEL ont laissé faire.
    Aller perdre son t
  • 22/05/2016 à 14:08
    Myriam92
    alerter
    Puisque les infirmières sont incapables de prendre leur destin en main, l'Ordre nous permet de pallier à ces insuffisances, et si quelqu'un trouve quelque chose à redire, il/elle n'a qu'à participer aux missions de l'Ordre, soit en votant, soit en postula
  • 22/05/2016 à 15:17
    blaise
    alerter
    Il est aussi admirable, qu'à partir d'un sujet sur l'HAD, on nous gave de nouveau avec l'ordre : beurk !!
    Participer aux missions de l'ordre, c'est aussi et surtout raquer, et là, vaut mieux s'abstenir !!
    Mais surtout, demain, c'est la Saint-Didier : al
  • 23/05/2016 à 14:19
    moutarde
    alerter
    « Puisque les infirmières sont incapables de prendre leur destin en main, l'Ordre nous permet de pallier à ces insuffisances, et si quelqu'un trouve quelque chose à redire, il/elle n'a qu'à participer aux missions de l'Ordre, soit en votant, soit en postu
  • 23/05/2016 à 20:28
    Myriam92
    alerter
    La Loi, aidée par l'insuffisance socialiste nous a permis de nous hisser aux plus hautes instances professionnelles. Si tu n'es pas contente, il fallait participer. Pour le reste, la progression de notre profession, laisse-nous donc travailler en paix.
  • 23/05/2016 à 20:53
    moutarde
    alerter
    C'est surtout la progression des IDE qui n'en ont rien à battre de ton truc... Toujours 3/4 de la profession non inscrite et encore plus qui ne vous verseront pas un Kopeck !
  • 24/05/2016 à 13:28
    Motarde de DIJON
    alerter
    L’article ci-dessus traite d’un sujet concernant les HAD. Je lis cependant dans les commentaires que leurs auteurs s’égarent…

    Le problème des HAD, des SSIAD, c’est le quotidien des IDEL. C’est un sujet complexe qu’on ne peut simplifier.

    Il serait p
  • 25/05/2016 à 10:39
    lison
    alerter
    L'Ordre des infirmiers est légalement chargé de recevoir tous les contrats et conventions passés par des infirmiers pour leur exercice professionnel, ce qui est le cas des conventions avec les HAD et avec les SSIAD. L'Ordre veille à ce que l'indépendance
  • 25/05/2016 à 11:30
    moutarde
    alerter
    Motarde de DIJON, l'oni se sent concerné d'un seul coup par les problèmes des IDEL face aux HAD (certaines) vu qu'il a été auditionné lors de la MECSS (assemblée nationale).
    Dommage que ce soit un juriste qui prenne la parole au nom des IDE(L) alors qu'
  • 25/05/2016 à 11:37
    moutarde
    alerter
    lison, quand une HAD exigera voire tout simplement me demandera la preuve de mon inscription à ton oui, je te ferai signe.
    Pour l'instant ce n'est pas le cas et je suis cernée par 3 HAD dont certains font 1 pilulier/semaine ou une prise de TA pour 300
  • 25/05/2016 à 23:41
    Motarde de Dijon
    alerter
    A Lison qui , de toute évidence, méconnait les missions de l’Ordre des Infirmiers…

    Pour rappel, les missions de l’Ordre des infirmiers sont consignées dans la quatrième partie – Livre III – Titre 1er - du Code de la Santé Publique.

    Les articles L.4
  • 26/05/2016 à 00:02
    moutarde
    alerter
    Et TOC lion !!! :) :) : )
  • 01/06/2016 à 18:19
    stef
    alerter
    Salut, pour revenir au sujet principal, je lis que des HAD prennent en charge des patients pour préparer des piluliers ou prendre la tension... cela me paraît difficile à croire... la mise en place en HAD dépend de critères bien précis et le seul motif de
  • 01/06/2016 à 19:01
    moutarde
    alerter
    Dis qu'on est des menteurs/menteuses... et on clos le débat.
    Même E.Hubert l'a admis même si c'est en se cachant derrière son petit doigt.
    .
  • 01/06/2016 à 21:49
    Lison
    alerter
    Qui disait déjà que "le préjugé est enfant de l'ignorance" ?
    Les anti-ordre chroniques qui sévissent sur internet sont avant tout ignorants du rôle de l'Ordre, ce qui entraine inévitablement des préjugés.
    Ainsi Motarde qui se croit grand clerc en matièr
  • 02/06/2016 à 11:29
    mip
    alerter
    Que toutes les bonnes âmes viennent dans les syndicats bénévolement, comme je le fais, pour mettre en pratique leurs connaissances et porter leur pierre à l'édifice.
    Nous avons besoin de toutes les bonnes volontés. Mais seulement les "bonnes".
    Le but es
  • 04/06/2016 à 14:49
    stef
    alerter
    @moutarde: je ne traite quiconque de menteur, je m'étonne seulement de ce que tu dis. Prendre en charge un patient pour faire 1 pilulier par semaine est plutôt du rôle des SSIAD et non des HAD. Comme je l'ai dit les HAD doivent répondre à certains critère
  • 04/06/2016 à 23:22
    moutarde
    alerter
    S'il y avait que moi qui le disait...
    Piluliers, prothèse de genou avec 1 HBPM, 1 PST simple, 1 prise de TA dans la journée (et les IDEL font tout le reste...) etc, etc, etc.

    Clairement il y a des abus. Il y a tellement de retours que cela a fini par
  • 07/06/2016 à 00:03
    Motarde de Dijon
    alerter
    Les impétuosités de Lison…

    Je cite la prose de Lison du 01.06.2016 : ‘’Les anti-ordre chroniques… qui sévissent sur internet… sont avant tout ignorants du rôle de l’Ordre’’. Fermez les guillemets !

    On peut faire remarquer à Lison, que son antagonism

Réagir à l'actualité

Pseudo :


(Publicité)

Catalogues des Éditions Lamarre

CATALOGUE GÉNÉRAL

Téléchargez
Feuilletez
ÉTUDIANTS EN IFSI ET ÉLÈVES AS/AP

Téléchargez
Feuilletez
Commandez nos ouvrages

À découvrir

Précis de soins relationnels


Entièrement consacré aux soins relationnels, cet ouvrage s’adresse aussi bien aux étudiants en soins infirmiers qu’à tous les professionnels qui cherchent un socle pour éclairer leur pratique quotidienne de la relation soignant-soigné.

En savoir +

(Publicité)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...