(Publicité)
 


30/01/2015

Journée de 12 heures : le ministère remet les pendules à l'heure

Alors que les 12 heures séduisent de plus en plus d'hôpitaux publics, la Direction générale de l'offre de soins (DGOS) a adressé une instruction aux directeurs d'établissement, leur rappelant que cette organisation du temps de travail doit être justifiée, discutée et respectueuse des temps de repos.

« La durée quotidienne de travail ne peut excéder 9 heures pour les équipes de jour, 10 heures pour les équipes de nuit. Lorsque les contraintes de continuité du service public l'exigent en permanence (difficultés prolongées de recrutement par exemple), il peut être dérogé à la durée quotidienne du travail fixée pour les agents en travail continu, sans aller au-delà de 12 heures par jour », rappelle la DGOS. Le ministère précise également que « les temps de transmission, d'habillage et de déshabillage, de pause et de restauration sont compris dans ce décompte ». Des « contraintes » qui doivent être « explicitées lors du dialogue social préalable » et qui justifient la saisine, pour avis, du CHSCT.

Un groupe de travail dédié

Bien que dérogatoire, cette organisation ne saurait « justifier le non-respect de la réglementation relative au temps de repos » : au moins 12 heures consécutives de repos quotidien et 36 heures consécutives de repos hebdomadaire. Hors heures supplémentaires, un agent ne peut accomplir plus de 44 heures de travail par semaine : « il découle donc notamment de ces conditions que les personnels ne peuvent travailler plus de 3 jours de suite en 12 heures ».

L'instruction annonce également la mise en place d'un groupe de travail dédié, réunissant les syndicats représentatifs de la fonction publique hospitalière et la Fédération hospitalière de France. « Il est prévu d'y procéder, en première intention, à une analyse de la littérature existante sur les impacts du travail en 12 heures sur les personnels et qu'y soient entendus experts et grands témoins. » Le groupe de travail devrait rendre ses conclusions d'ici l'été.

Aveline Marques

Les dernières réactions

  • 23/02/2015 à 21:17
    Kevin
    alerter
    je suis aide-soignant dans un service de 12h. Je suis satisfait de ses horaires 7h19h. Beaucoup d avantages : meilleurs suiviis des patients, moins de trajets, plus de vie familiale.
    Les deux grand inconvénient : personnel non remplacé donc pas mal d he
  • 23/02/2015 à 21:26
    Gaecore
    alerter
    J'ai arrêtė la fonction cadre car je ne me suis pas fait au travail en 8h. J'ai toujours travaillé en 12 heures, de jour comme de nuit. La première fois c'était en été 1986, c'est dire si j'aime ca. Dire que les 12 h favorisent le brun out me fait sourire
  • 24/02/2015 à 08:56
    hiboutou
    alerter
    Et pour palier a cela on nous fait travailler du mercredi au mercredi !Alors que ça ne change rien !!
    Et si on demandais au personnes concernées ce qu'elles en pense !!
  • 24/02/2015 à 16:10
    Lady
    alerter
    OK mais je crois que c'est un choix de vie. Les uns supportent, les autres pas. La nuit, ça me paraît être normal de faire un bloc de 11 ou 12h de suite. Moi je suis pour et je suis de nuit depuis bientôt 20ans. Je ne voudrais pas changer :ma vie de fami
  • 24/02/2015 à 17:48
    mika
    alerter
    Je travail de nuit en 12h en tant qu infirmier et ce rythme de travail me plait enormement. Je travail 13 nuits par mois et cela me laisse bcp de temps libre et ne laisse pqs limpression de pqsser sa vie au boulot.
    Oui pour les12h longue vit au 12h.
  • 24/02/2015 à 18:02
    inf
    alerter
    Je trouve ca beaucoup plus raisonable que des 16h!
  • 24/02/2015 à 19:00
    mary-pop-in
    alerter
    En fait, ce qui plaît dans le système des 12 heures, ce sont les repos que l'on a à côté... Connaissant bien la répartition du travail en 12 heures, quand est-il réellement de la qualité des soins, de la concentration, de la patience? Et peut-on réellemen
  • 24/02/2015 à 19:15
    coco
    alerter
    Tout à fait d'accord avec toi mary-pop-in, moi perso au bout du 3ème jour je suis sur les rotules surtout en Maison de Retraite.

  • 25/02/2015 à 10:40
    lou
    alerter
    je suis pour les 12h dans notre service notre cadre respect les 2 jours de travail tres peu de 3 jours,une vie de famille+moins fatiguée car des repos consécutifs et non terminé à 14h45 puis une journée de repos pour recommencer le surlendemain 13h45,pas
  • 26/02/2015 à 18:19
    craco
    alerter
    En ce qui me concerne je travaille en 12 h et j'en suis très satisfaire, soit de jour ou de nuit, les 12 h sont remises en cause mais j'ai plutôt envie de dire qu'il faudrait mettre le doigt sur le rythme qui est proposé, faire plusieurs jours de suite en
  • 26/02/2015 à 18:30
    Thomas
    alerter
    Je tiens à souligner l'intérêt des 12 heures qui ne sont pas négligable. Mais doit on passer les services en 12h car problème d'effectif alors qu'il y a tellement d'infirmer qui commencent à devenir demandeur d'emploi..... Embaucher seul mot.
    PS : pas co
  • 27/02/2015 à 08:39
    marie
    alerter
    je suis à 5 ans d'arreter mon activité d'IDE en maison de retraite et je sature des 12h, 2 gardes et je suis sur les rotules.
    les horaires matin ,aprés midi me conviennent trés bien et ma santé s'en ressent.Problème de vigilance et concentration dés 17h,
  • 27/02/2015 à 14:28
    gena
    alerter
    les 12h !! parlons-en!
    ils sont accordés principalement pour des raisons économiques ... réductions du personnel mais pas pour la santé du personnel qui se met en danger physiquement et mentalement....
  • 27/02/2015 à 14:36
    vic
    alerter
    les 12h et ses dérives .... les conditions de travail du personnel de nuit !!!
    Les directions en profitent pour retirer le statut des équipes de nuit qui travaillent à 32h30 pour les passer à 35h .....les directions suppriment la reconnaissance de la pé
  • 27/02/2015 à 14:50
    claude
    alerter
    pour les équipes de nuit en 19h/7h, les 12h entrainent:
    - plus de repas en famille le soir
    - ne pas voir son mari et ses enfants pendant 48h voire 72h
    - risques professionnels par manque de vigilance entrainant une majoration de risque d'erreur
    - ris
  • 06/03/2015 à 16:16
    LauraLou
    alerter
    complètement d'accord avec toi Claude, on ne peut pas parler de vie sociale quand on fait les 12h de nuit !! d'abord on part plus tôt de chez soi, on a les bouchons de l'heure de pointe à 18H18h30, la vigilance baisse, on devient dangereux avec risque d'

Réagir à l'actualité

Pseudo :


 

Catalogues des Éditions Lamarre

À découvrir

IFSI Je réussis mon stage : Cardiologie


Les stages cliniques des étudiants en IFSI sont parfois redoutés mais toujours essentiels à votre apprentissage. Afin que ce stage soit une réussite, voici une collection de guides de poche faciles à emporter avec vous et simples à consulter.

En savoir +

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...